Travailler assis et debout

Bouger est bon pour la santé. Ce que nous répétons régulièrement aux enfants, nous l’ignorons fréquemment à l’âge adulte. Ou nous reportons l’activité physique au moment des loisirs. Au bureau, nous avons rarement le temps et la place pour cela. Pourtant, des mouvements moins répétitifs et davantage de changements de posture dans nos activités quotidiennes sont justement d’une importance capitale.

Rester assis en permanence... ou se lever aussi parfois ?

Nous restons assis pour taper à l’ordinateur, téléphoner, calculer, planifier, rechercher, discuter, etc. Nous passons près de 55 000 heures de notre vie professionnelle assis. Rien d’étonnant donc à ce que le dos soit la partie du corps la plus menacée chez les cols blancs.

Dans le pire des cas, nous tombons malades à force d’être assis. D’ailleurs, dans les faits, les arrêts maladie sont en grande partie dus aux maux de dos. Il s’agit de la première cause de maladie et de celle qui entraîne l’incapacité de travail la plus longue, avec une moyenne de 22 jours.

Il existe pourtant un remède relativement simple : décupler le nombre de postes de travail combinés assis-debout au bureau ! Il est plus que temps pour les environnements de travail d’encourager l’agilité des collaborateurs, l’objectif étant de faire varier la hauteur de travail au lieu d’obliger les individus à se courber. Un mobilier permettant d’alterner travail assis et debout maintient en effet le corps et l’esprit en mouvement.

Bouger aide à mieux penser

Rester assis sans interruption peut avoir de multiples conséquences à long terme. Parmi celles-ci, citons les contractures, les maux de dos et les douleurs cervicales ainsi qu’une dégradation des performances, une fatigue rapide ou encore un manque de concentration et de motivation. Une organisation du travail défavorable entrave toute productivité. Le manque d’ergonomie du poste de travail aggrave en outre ces effets négatifs.

Les spécialistes conseillent donc d’adopter une dynamique assis-debout. Un plan de travail permettant d’alterner position assise et debout est idéal pour favoriser cette dynamique. Plus les changements sont fréquents, plus les collaborateurs se sentent bien et plus le travail est sain. La dynamique assis-debout soulage le dos et renforce la musculature. Elle améliore également la respiration, stimule le cœur, la circulation et la digestion et accroît le bien-être. S’asseoir et se lever en alternance maintient le corps en mouvement et le flux de pensées ne s’interrompt pas

Cela semble une bonne idée, mais comment s’y prendre ?

La synergie ciblée des éléments techniques et de la sensibilisation correspondante est requise. Les postes de travail assis-debout constituent une condition structurelle essentielle pour favoriser le mouvement au bureau. La dynamique souhaitée doit être planifiée lors de la conception des postes de travail. La possibilité de se mettre debout doit systématiquement être présente. Il faut stimuler son utilisation et s’assurer de la facilité d’emploi. C’est pourquoi il est important que les zones debout soient aménagées dans des endroits propices.

Dans l’idéal, la formation comportementale et la sensibilisation des collaborateurs viennent appuyer un usage réfléchi, permettent d’identifier les avantages de modes de travail plus mobiles et de mettre à profit toutes les occasions de changer de posture. La modification de différents processus de travail du quotidien en vue de favoriser davantage le mouvement est au cœur de cette approche. Il s’agit, par exemple, de rester debout pour téléphoner ou faire des réunions, de changer de lieu pour travailler ou encore d’utiliser des pupitres intégrés. De cette manière, le combat contre les maux de dos est déjà à moitié gagné !

×

×
×