Article de: Angelika Molk

Architecture & Design

L’inspiration en trois dimensions : Bienvenue dans le futur.

Office of the Future, Dubai

Seulement 17 jours ont été nécessaires à la construction du Bureau du Futur. Durant cette période, ni béton à mélanger, ni déchets à ramasser. Le bâtiment a été imprimé en 3D avec une imprimante d’une hauteur de 6 m et d’une longueur de 46 m. Ce sont les premiers bureaux au monde réalisés ainsi, en parfait état de marche, équipé de l’électricité, de l’eau, des télécommunications et de la climatisation.

Auteur/e: Angelika Molk

Des tapis racontant une histoire - une interview avec Nani Marquina

L'histoire de Nanimarquina a commencé dans les années 80, sur la base d'une idée simple : le désir de créer et de produire des tapis contemporains. Au cours de nombreux voyages en Inde, au Pakistan ou au Népal, les équipes de Nanimarquina se sont inspirées de l'artisanat traditionnel de fabrication de tapis. En 1993, la production a été installée en Inde où l'entreprise s'engage également dans le cadre de projets sociaux.

L’esprit d’innovation de Nanimarquina se manifeste par des valeurs fortes telles que l’innovation, l’observation, la communication et l’émotion. La marque accorde une attention particulière au choix des matières premières et des processus de fabrication.

Fruit de sa collaboration avec Bene et le studio de design britannique PearsonLloyd, la collection de tapis Greenwich s’inspire des sentiers et des routes sinueuses d’un parc emblématique de Londres : le parc de Greenwich.

Dans cet entretien, Nani Marquina nous parle de son amour du design et nous raconte comment les nœuds et les couleurs peuvent tisser une histoire.
 

Vous avez commencé votre carrière comme architecte d’intérieur. Quand avez-vous découvert votre amour du design textile, et plus particulièrement du design de tapis ?
Petite déjà, le dessin faisait partie intégrante de ma vie. Mon père a été l’un des premiers designers industriels en Espagne, j’étais fascinée par les esquisses qu'il rapportait tous les jours à la maison. C’est lui qui m’a transmis cette passion du design. Mais je n’ai pas décidé du jour au lendemain de dessiner des tapis. Au début, je créais seulement des motifs décoratifs pour des aménagements d’intérieur. C’est là que j’ai appris qu’il existait peu de tapis véritablement bien dessinés.


Qu’est-ce qui distingue un produit Nanimarquina des autres tapis ? En quelques mots, comment caractériseriez-vous vos designs et vos produits ?
Lors du développement de nos tapis, nous portons une attention particulière au choix des matières premières et à l’étude des méthodes de production traditionnelles. Il ne s’agit plus seulement de textures, de couleurs et de nœuds, mais de véritables œuvres d’art, qui racontent une histoire. C’est là notre valeur clé : vous n’achetez pas un tapis, vous achetez une histoire. Je pense que ma passion pour l’art et la nature a fortement marqué mon travail.

Auteur/e: Angelika Molk

Un tableau blanc augmenté : Jakob Leitner répond à nos questions

Bene Nice Wall powered by we-inspire

We-inspire, créé en 2013, est un spin-off du « Media Interaction Lab », laboratoire de recherche spécialisé dans l’interaction média de l’École Supérieure autrichienne FH Hagenberg. Bene et We-inspire développent et commercialisent conjointement le Nice Wall, une large cloison interactive pour un travail créatif en équipe.

Auteur/e: Angelika Molk

Le Bene Nice Wall, powered by we-inspire

Un espace de créativité proposant un support multimedia pour la collaboration

En étroite collaboration avec we-inspire, Bene a développé un module d’espace dédié aux réunions, aux brainstormings et aux présentations : le Nice Wall – une cloison interactive continue, sans cadre, et extensible jusqu’à 30 mètres. Le travail en équipe gagne en performance et s’appuie sur des méthodes nouvelles qui intègrent tous les participants de manière simultanée. Combinée avec les éléments tapissés de la collection à succès PARCS, le Nice Wall, fruit de la coopération Bene avec we-inspire, permet de faire de tout espace de travail classique un espace d’innovation multimédia, faisant la part belle à l’interactivité et à l’échange, dans un véritable bureau à vivre.
 

Place aux idées et à l‘innovation

Les idées sont la principale ressource du XXIe siècle. Dans notre monde globalisé, une simple et unique idée peut influencer et définitivement changer les méthodes de travail de millions de personnes. Cette idée peut provenir de sources d’inspirations très diverses : qu’il s’agisse d’un croquis sur un coin de table, d’un cliché pris à la volée avec son smartphone, ou encore d’une bref échange avec un collègue d’un autre service. Rassembler ces sources d’inspiration permet de créer un environnement propice à la créativité et aux idées nouvelles.

Auteur/e: Bene

Toguna Circle, inspirations et design

PearsonLloyd by Mark Cocksedge

Le studio londonien PearsonLloyd compte parmi les agences de design les plus renommées d'Europe. De nombreux prix internationaux ont récompensé leurs travaux dans le domaine du design de mobilier et de la conception de produits, tout comme dans les secteurs du design transport et du design public.

Leur objectif est de faire du bureau un endroit plus humain, plus vivant et plus inspirant. Ils remettent en question cet esthétisme technique qui prédomine aujourd'hui dans le monde du travail.
Tom Lloyd et Luke Pearson ont créé le Studio en 1997, une fois leurs études au Royal College of Art terminées. Une préoccupation récurrente commune a marqué le début de leur coopération : réussir à allier deux secteurs souvent considérés séparément : le design de mobilier et la conception de produits.

Au début de la coopération entre PearsonLloyd et Bene, le souhait fut émis de développer un paysage de bureau complètement novateur et peu conventionnel pour encourager la communication spontanée et le travail en équipe ; c'est ainsi qu’une nouvelle manière de penser la vie au bureau est née : PARCS.

La gamme de meubles PARCS est la réponse à l'importance croissante du travail du savoir au bureau, d'où le besoin de redéfinir l'espace et de concevoir des meubles qui inspirent. La collection PARCS, maintes fois récompensée par des prix internationaux, est l'une des gammes les plus populaires du portfolio de Bene.

Le concept et le nom de la Toguna plongent leurs racines en Afrique occidentale, au Mali. La Toguna désigne le lieu de rassemblement où les anciens du village prennent leurs décisions. La Toguna, un cylindre entrouvert installé indépendamment dans l'espace, est le meuble le plus étonnant de la gamme : un lieu un peu secret, propice aux brainstormings, aux brèves réunions ou aux entretiens qui nécessitent un haut degré de concentration, et ce, que ce soit en mode assis, debout ou adossé. La Toguna est la plus petite salle de réunion au monde. La Toguna Circle en est la toute dernière mouture.


Quelle est la logique qui se cache derrière la Toguna Circle ?
Depuis son lancement en 2009, la Toguna a reçu un retour extrêmement positif de la part des architectes et des bureaux d’études, mais aussi des utilisateurs. L'idée de départ de PARCS résidait dans le fait que les collaborateurs pouvaient être tout aussi productifs lorsqu’ils n’étaient pas installés à leur poste de travail.

Auteur/e: Bene

Roll on – petite histoire du siège de travail

La position assise est en réalité une habitude étonnamment récente. Cette position, telle que nous la connaissons aujourd'hui, fut en fait pendant longtemps l'apanage des puissants : le trône est l'ancêtre de notre chaise actuelle. Les premières images de personnes assises proviennent par conséquent de l'Égypte antique et montrent des monarques en « position assise de représentation ». Avoir le droit de s'asseoir sur une chaise était signe de pouvoir et d'autorité et fut, jusqu'à la fin du Moyen-Âge, un privilège de l'élite chrétienne et mondaine. Ce ne fut qu'au XVIe siècle que l'usage de la chaise se répandit, lorsque la bourgeoisie commença elle aussi à revendiquer ce privilège. Avec l'essor du commerce, les premières « professions assises » ont vu le jour : négociants, marchands et comptables exécutaient leurs activités de plus en plus souvent à un poste de travail, donc à une place assise. Comme les registres des comptables étaient de forme allongée et devaient être étalés sur plusieurs tables, on inventa bientôt une chaise dotée de roulettes pour pouvoir aller d'un bout à l'autre des bilans plus rapidement.
 

Au rythme des machines

Déjà à l'époque, la commodité se plaçait au centre des considérations en matière de conception de sièges de bureau. Une tendance suivie et amplifiée avec l'arrivée de l'industrialisation : désormais, les machines imposaient leur rythme au travail de bureau, qui devait être accompli avec discipline, précision et méthode. L'homme lui aussi devait travailler efficacement, conformément aux principes du taylorisme : tout devait se trouver à portée de main sur le bureau afin de réduire au minimum les déplacements au niveau du poste de travail.

Cette approche mécanique se reflète également dans le design des premiers « véritables » sièges de travail, dont l'apparition est étroitement liée à l'invention de la machine à écrire : lorsque vers 1870 les premières Remington conquirent les bureaux, et qu'avec elles les femmes accédèrent, à leur tour, au monde du travail, la position assise s'établit définitivement comme la posture principale. Le siège de bureau typique, tel qu'il fut par exemple mis au point par Ten Eyck, était un siège standard, sobre et aux mesures de la secrétaire, avec trois pieds ou plus, une assise en bois réglable en hauteur et un dossier vertical, légèrement amorti pour le soutien de la colonne vertébrale. Hélas, les sièges de série impersonnels ne fonctionnaient pas comme prévu : la position assise était inconfortable et provoquait maux de dos et défauts de posture.

Auteur/e: Angelika Molk

×

×
×