Bene News

Le nouveau travail chez Microsoft à Vienne : un haut potentiel

Ce qui est resté, c'est la surface de 4 500 m² répartie sur trois étages, mais celui qui entre dans l'espace de réception de la succursale viennoise de Microsoft, se trouve dans un monde totalement nouveau. Le rez-de-chaussée est une seule zone ouverte, accessible aux clients et partenaires. Le concept de l'espace comprend tout ce que les conditions générales ne permettaient pas autrefois. Aujourd'hui, on voit un espace doté de transparence, d'une grande qualité environnementale pour les différentes situations de communication et de rencontres.
 

Le concept antérieur avait pris de l'âge

« Pourquoi avons-nous commencé ces transformations ? Nous voulions plus d'efficacité et une meilleure gestion des surfaces, une mise à jour de l'infrastructure technique et une offre d'espace fonctionnel et qui fonctionne, et ce, adapté à nos processus, » nous dit Alexandra Moser, directrice du groupe business « Information Worker » (travailleurs de l'information) lors de notre entretien. « Avec le temps, nous avons remarqué que nous avions suffisamment d'espace dans nos bureaux, mais que nous manquions de salles de réunions pour les équipes plus petites. De plus, il y avait trop peu de possibilités de retrait pour un travail exigeant de la concentration, ou pour téléphoner en paix. La cafétéria en revanche était toujours bondée, parce que c'était l'un des rares lieux où l’on pouvait se réunir de façon spontanée dans une ambiance agréable. »
 

Travailler au sein du 21ème siècle

En même temps, la rénovation des bureaux est devenue un élément intégrant des objectifs de l'entreprise pour 2012. Ces derniers définissent comme centre d’activités de proposer des concepts et des produits idéaux pour le travail et la communication au 21ème siècle. « Cela veut dire que nous avons besoin d'un bureau qui va bien avec notre entreprise, notre philosophie de la communication ouverte et nos idées de la disponibilité rapide, de la haute performance et de l'orientation intelligente pour la satisfaction des clients. Et naturellement, le nouveau bureau doit attirer des talents, créer un lieu où on veut travailler, » constate Moser.

C'était le cadre optimal pour utiliser le propre savoir-faire concernant le sujet du « nouveau mode de travail ». À l'échelle mondiale, Microsoft se penche depuis longtemps sur les questions relatives aux mondes de travail en transformation. Après tout, les résultats forment la base du développement des propres produits.


Les conditions étaient donc claires dès le début : les travailleurs du savoir d'aujourd'hui ont besoin de conditions générales pour permettre les entretiens, les rencontres et l'interconnexion d'un côté, et le retrait et la concentration, de l'autre. Ils sont mobiles et indépendants des lieux. Le poste de travail fixe est relayé par une sorte de « base de bureaux », le bureau tout général comme emplacement pour l'infrastructure, l'échange et les contacts sociaux.
 

WorkPlace Advantage

La réponse de Microsoft à ces transformations est un concept appelé WorkPlace Advantage, qui considère les conditions optimales de travail comme le résultat des déterminants espace/technique/homme. Au centre, se trouvent l'innovation, la productivité et la satisfaction des collaborateurs. Plus de 50 succursales de Microsoft ont déjà réalisé ce programme dans leurs bureaux, de façon adaptée aux besoins individuels des locaux commerciaux ou de leurs collaborateurs.
 

Gestion du temps efficace, tout en tenant compte des collaborateurs

Le calendrier des transformations de la succursale viennoise était très juste : la première phase de planification a débuté en janvier 2010. Au printemps, l'appel d'offres a été publié. En décembre, la planification et la commande étaient terminées. Le 30 juin 2011, les transformations avaient démarré. 100 jours plus tard, le 10 octobre 2011, le projet a été inauguré.

Les collaborateurs ont été associés au projet dès le début. C'était l'un des facteurs clés de la stratégie. En équipe et avec l'aide des « agents de voyage » internes qui étaient responsables de la coordination, les besoins ont été relevés, les activités analysées, les unités d'espace développées. Alexandra Moser : « Maintenant, nous avons des bureaux dotés de types d'espace flexibles et très pratiques, tels que « Call » – une petite unité pour le travail exigeant la concentration et le retrait ; « Work » – des espaces pour le travail en petits groupes ; « Meet » – des salles de réunions traditionnelles ; et « Think » – des espaces pour la créativité, qui reflètent optiquement de divers sujets, pour les brainstormings ou autres processus de travail informels. »

Le bureau d'architecture INNOCAD a appuyé Microsoft Autriche dans la planification. « Il était important pour nous de collaborer avec des partenaires déjà familiarisés avec notre idée du travail du savoir moderne et avec notre terminologie, et qui avaient déjà de l'expérience en matière de nouveau mode de travail, » explique Moser.
 

Mon bureau est toujours où je suis

Pour les collaborateurs de Microsoft, la période des travaux représentait un état d'urgence exceptionnel. Ils se sont installés dans d'autres immeubles alentour, ou bien ils ont travaillé dans des bureaux « mobiles ». C'était tout à fait intéressant de voir comment et où le travail en équipe spontané pouvait fonctionner. Néanmoins, on a tenu compte d'une réduction de la performance causée par les congés et les voyages professionnels durant les mois d'été.

Dès le début, on a exigé beaucoup des nouveaux bureaux. Un sondage, réalisé parmi les collaborateurs avant l'emménagement, a relevé qu'en général on attendait plus de créativité lors du travail, un meilleur équilibre travail/vie privée, mais également d'être un jour de moins au bureau par semaine, grâce au nouveau concept d'occupation selon lequel seulement environ 15 % des collaborateurs ont des postes de travail fixes. C'est une évolution qui pourrait laisser des traces intéressantes, par exemple sous forme de 80 tonnes en moins d'émissions de CO2 par an. En fin de compte, pour un employeur de hauts potentiels, de tels critères jouent aussi un rôle dans la stratégie des conditions de travail orientées vers la satisfaction des collaborateurs...

Maintenant, il faut évaluer durant les prochains mois si les calculs ont été justes. Les conditions de départ ont l'air extrêmement prometteuses, d'autant plus qu'on a même développé des règles de conduite pour la nouvelle forme de vie commune au bureau, afin de pouvoir travailler efficacement avec autant de flexibilité. Mis à part que les tasses à café vides sont de toute façon toujours de la responsabilité personnelle.

Celui qui veut expérimenter en direct le nouveau monde de travail chez Microsoft à Vienne peut s'inscrire à une visite des bureaux sur www.dasneuarbeiten.at.
 

Auteur/e

Brigitte Schedl-Richter

Texterin, freie Journalistin, www.argezeit.at

×

×
×