Bene News

Tout Nouveau : CHALLENGE EVERYTHING

Le monde du travail évolue. Les individus changent. Les idées doivent circuler avec fluidité, les postes de travail doivent être flexibles et les processus souples, ce qui constitue un défi pour toutes les entreprises. De petits ajustements ne suffisent pas : il faut remettre fondamentalement en question le statu quo. Ce que fait Bene depuis toujours : avec des plans de travail permettant de travailler aisément en position debout, avec des sièges qui ne sont pas juste confortables pour s’asseoir, avec des concepts stimulants, avec des bureaux qui peuvent avant tout une chose : DEVENIR UNE SOURCE D’INSPIRATION.

Tendances

PARCS A 10 ANS – L’interview des designers PersonLloyd

Travailler assis et debout

Bouger est bon pour la santé. Ce que nous répétons régulièrement aux enfants, nous l’ignorons fréquemment à l’âge adulte. Ou nous reportons l’activité physique au moment des loisirs. Au bureau, nous avons rarement le temps et la place pour cela. Pourtant, des mouvements moins répétitifs et davantage de changements de posture dans nos activités quotidiennes sont justement d’une importance capitale.

Rester assis en permanence... ou se lever aussi parfois ?

Nous restons assis pour taper à l’ordinateur, téléphoner, calculer, planifier, rechercher, discuter, etc. Nous passons près de 55 000 heures de notre vie professionnelle assis. Rien d’étonnant donc à ce que le dos soit la partie du corps la plus menacée chez les cols blancs.

Dans le pire des cas, nous tombons malades à force d’être assis. D’ailleurs, dans les faits, les arrêts maladie sont en grande partie dus aux maux de dos. Il s’agit de la première cause de maladie et de celle qui entraîne l’incapacité de travail la plus longue, avec une moyenne de 22 jours.

Auteur/e: oberzaucher

Tendances

PARCS a 10 ans : un anniversaire haut en couleur !

Avec la gamme de mobilier PARCS, des configurations de bureaux atypiques ont vu le jour en 2009, qui ont modifié radicalement les aménagements de bureaux et les routines qui prédominaient jusqu’alors. Développés conjointement par les designers londoniens Luke Pearson et Tom Lloyd, ces produits ont défini une nouvelle qualité de rencontre au bureau. L’intégration de ces espaces de communication modifie également d’autres choses : les bureaux sont plus colorés, les matériaux plus souples et l’agencement des couleurs des bureaux paysagers devient une caractéristique créatrice d’identité.

Les couleurs créent des ambiances

Les couleurs nous entourent en permanence et nos émotions sont en interaction avec elles. L’atmosphère qui se dégage d’un lieu dépend fortement des couleurs, y compris au bureau. Les supports de ces couleurs sont les sols, les murs, les plafonds, le mobilier, les outils de travail, les personnes autour de nous, le paysage que l’on voit par la fenêtre. Tout cela forme une palette inépuisable de nuances, de tons et de contrastes. En dépit de cette diversité, l’identité résulte d’un choix délibéré de matériaux et de couleurs, surtout pour le mobilier et les espaces. Pour créer des accents particuliers, ce sont surtout les tissus multicolores qui sont utilisés dans les bureaux paysagers. Des touches esthétiques viennent ainsi compléter le côté agréable des couleurs de base.

Events

MAISON&OBJET 2019

Bene a présenté pour la première fois au salon du design renommé Maison&Objet, qui s’est tenu à Paris du 6 au 10 septembre, ses solutions innovantes pour le monde du travail de demain, où les frontières entre vie professionnelle et loisirs deviennent floues.

Events

Rêves de téléportation

Teaserimage - Talk to the future of work

« Talk to the Future of Work » : la jeune génération s’entretient de l’avenir du travail dans le Bene Idea Lab à Vienne

Une petite dizaine de jeunes femmes et hommes sont assis en cercle sur des tabourets en bois dans le Bene Idea Lab de Vienne, agréablement climatisé par cette chaude soirée d’été, et discutent de l’avenir du travail. Créateurs et créatrices d’entreprise, influenceurs, dirigeants, tous possèdent déjà une belle expérience et savent de quelle manière fonctionne la vie professionnelle. Ils ont déjà une vague idée de ce à quoi le monde (du travail) pourrait ressembler dans dix ou vingt ans. Intelligence artificielle, robotique, dynamique, instabilité de la vie professionnelle, modification des exigences envers les cadres et dirigeants mais aussi envers soi-même, sens et but du travail, voilà un aperçu des thèmes abordés pendant ces deux heures de débat. Le tout dans une ambiance décontractée.

Tendances

Clerkenwell Design Week 2019

Bene Londres a célébré le festival Clerkenwell Design Week en lançant en avant-première le Workbench STUDIO.

Des tapis racontant une histoire - une interview avec Nani Marquina

L'histoire de Nanimarquina a commencé dans les années 80, sur la base d'une idée simple : le désir de créer et de produire des tapis contemporains. Au cours de nombreux voyages en Inde, au Pakistan ou au Népal, les équipes de Nanimarquina se sont inspirées de l'artisanat traditionnel de fabrication de tapis. En 1993, la production a été installée en Inde où l'entreprise s'engage également dans le cadre de projets sociaux.

L’esprit d’innovation de Nanimarquina se manifeste par des valeurs fortes telles que l’innovation, l’observation, la communication et l’émotion. La marque accorde une attention particulière au choix des matières premières et des processus de fabrication.

Fruit de sa collaboration avec Bene et le studio de design britannique PearsonLloyd, la collection de tapis Greenwich s’inspire des sentiers et des routes sinueuses d’un parc emblématique de Londres : le parc de Greenwich.

Dans cet entretien, Nani Marquina nous parle de son amour du design et nous raconte comment les nœuds et les couleurs peuvent tisser une histoire.
 

Vous avez commencé votre carrière comme architecte d’intérieur. Quand avez-vous découvert votre amour du design textile, et plus particulièrement du design de tapis ?
Petite déjà, le dessin faisait partie intégrante de ma vie. Mon père a été l’un des premiers designers industriels en Espagne, j’étais fascinée par les esquisses qu'il rapportait tous les jours à la maison. C’est lui qui m’a transmis cette passion du design. Mais je n’ai pas décidé du jour au lendemain de dessiner des tapis. Au début, je créais seulement des motifs décoratifs pour des aménagements d’intérieur. C’est là que j’ai appris qu’il existait peu de tapis véritablement bien dessinés.


Qu’est-ce qui distingue un produit Nanimarquina des autres tapis ? En quelques mots, comment caractériseriez-vous vos designs et vos produits ?
Lors du développement de nos tapis, nous portons une attention particulière au choix des matières premières et à l’étude des méthodes de production traditionnelles. Il ne s’agit plus seulement de textures, de couleurs et de nœuds, mais de véritables œuvres d’art, qui racontent une histoire. C’est là notre valeur clé : vous n’achetez pas un tapis, vous achetez une histoire. Je pense que ma passion pour l’art et la nature a fortement marqué mon travail.

Auteur/e: Angelika Molk

Tamtam autour de l’équipe ou : une plus grande réussite ensemble

Les tâches complexes exigent un travail d'équipe performant. Parfaitement rodée ou fraîchement composée, une bonne équipe doit être capable de fournir des prestations qu'un individu ne pourrait réaliser. Mais quel est le secret d'une bonne équipe ? Comment fonctionne la collaboration idéale, quels facteurs ont une influence positive sur le succès de l'équipe ? Apprenez-en plus ici sur les pseudo-évidences et les aspects qui méritent d'être pris en compte.

Avant d'entrer dans la pièce jaune, nom donné à la salle de réunion 2, Florian constata au travers de la cloison vitrée que l'ambiance était bonne. Quatre des six membres d'équipe étaient déjà réunis et préparaient leurs documents consciencieusement et dans la bonne humeur, tandis que Doris, la chef d'équipe, esquissait les étapes jusqu'au prochain jalon sur le tableau blanc. C'était une excellente chef d'équipe, capable à la fois d'enthousiasmer l'équipe pour un projet commun et de respecter clairement les compétences et délais. Florian se prépara avec confiance à une autre réunion constructive.
 

Le travail d'équipe est-il « dans le vent » ?

Quiconque suit la discussion actuelle tournant autour du travail d'équipe rencontre une multitude de points de vue contradictoires. D'une part le travail en équipe est considéré de manière euphorique comme l'instrument de la coopération, de la productivité et du succès économique à l'époque de l'information, d'autre part règne la désillusion. Le groupe de spécialistes entièrement responsable de ses actes, poursuivant ensemble un seul et même but semble être devenu un peu partout une bande désorganisée, marquée par le manque d'autorité, l'irresponsabilité et l'absence de méthode.

Auteur/e: Bene

Roll on – petite histoire du siège de travail

La position assise est en réalité une habitude étonnamment récente. Cette position, telle que nous la connaissons aujourd'hui, fut en fait pendant longtemps l'apanage des puissants : le trône est l'ancêtre de notre chaise actuelle. Les premières images de personnes assises proviennent par conséquent de l'Égypte antique et montrent des monarques en « position assise de représentation ». Avoir le droit de s'asseoir sur une chaise était signe de pouvoir et d'autorité et fut, jusqu'à la fin du Moyen-Âge, un privilège de l'élite chrétienne et mondaine. Ce ne fut qu'au XVIe siècle que l'usage de la chaise se répandit, lorsque la bourgeoisie commença elle aussi à revendiquer ce privilège. Avec l'essor du commerce, les premières « professions assises » ont vu le jour : négociants, marchands et comptables exécutaient leurs activités de plus en plus souvent à un poste de travail, donc à une place assise. Comme les registres des comptables étaient de forme allongée et devaient être étalés sur plusieurs tables, on inventa bientôt une chaise dotée de roulettes pour pouvoir aller d'un bout à l'autre des bilans plus rapidement.
 

Au rythme des machines

Déjà à l'époque, la commodité se plaçait au centre des considérations en matière de conception de sièges de bureau. Une tendance suivie et amplifiée avec l'arrivée de l'industrialisation : désormais, les machines imposaient leur rythme au travail de bureau, qui devait être accompli avec discipline, précision et méthode. L'homme lui aussi devait travailler efficacement, conformément aux principes du taylorisme : tout devait se trouver à portée de main sur le bureau afin de réduire au minimum les déplacements au niveau du poste de travail.

Cette approche mécanique se reflète également dans le design des premiers « véritables » sièges de travail, dont l'apparition est étroitement liée à l'invention de la machine à écrire : lorsque vers 1870 les premières Remington conquirent les bureaux, et qu'avec elles les femmes accédèrent, à leur tour, au monde du travail, la position assise s'établit définitivement comme la posture principale. Le siège de bureau typique, tel qu'il fut par exemple mis au point par Ten Eyck, était un siège standard, sobre et aux mesures de la secrétaire, avec trois pieds ou plus, une assise en bois réglable en hauteur et un dossier vertical, légèrement amorti pour le soutien de la colonne vertébrale. Hélas, les sièges de série impersonnels ne fonctionnaient pas comme prévu : la position assise était inconfortable et provoquait maux de dos et défauts de posture.

Auteur/e: Angelika Molk

×

×
×